Bon, aujourd'hui je voulais vous parler d'un sujet qui me tient à coeur depuis pas mal de temps: Knysna. J'avoue que je commence un peu à en avoir marre d'en entendre parler à tout bout de champ, à tort et à travers. Une défaite des Bleus? C'est Knysna! Un comportement limite d'un joueur? Knysna! etc. Je ne parle même pas de ses "fantômes", expression créée de toutes pièces et ne voulant pas dire grand-chose, quand on y réfléchit ne serait-ce qu'un petit peu. Je voudrais donc revenir sur deux points: la "gravité" de l'événement et sa surexploitation par les médias.

Souvent, au sujet de la grève des joueurs, j'ai lu/vu/entendu des "y en a marre de ces mecs qui ont pas envie de jouer". Pourtant, cette grève n'était pas gratuite. Elle n'a pas été faite parce que des joueurs n'avaient pas envie de jouer, mais par solidarité envers Anelka, qui venait de se faire virer de l'effectif suite à ses insultes. Alors certes ce n'était pas la meilleure idée du monde, puisqu'Anelka méritait de se faire dégager. On reprochera plutôt aux joueurs d'avoir manqué de lucidité, ce type d'événement (un "licenciement", additionné à l'histoire malsaine de la taupe) étant rare, ils ont été dépassés par les événements. Ils ont déconné, c'est vrai, mais je veux simplement dire par là que cela partait d'une bonne intention. Au final, la personne la plus coupable reste Anelka, pour ses insultes. Et puis on sait comment ce type de situation se passe: il y a quelques meneurs et les autres suivent. Ces derniers, il est vrai, ont surtout manqué de courage. Si un seul s'était opposé, peut-être que tout aurait été différent. Je pense notamment à un Henry, dont la voix pouvait porter, vu son aura, et qui en plus était en fin de carrière chez les Bleus: il n'avait plus rien à perdre. Décevant de sa part. C'est donc parce que les joueurs manquaient de caractère qu'on en est arrivé là, plus que parce que ce serait des "branleurs" ou des "morveux". Et puis à l'arrivée les joueurs ont séché un entraînement. Ce n'est pas glorieux, ni anodin, j'en conviens, mais de là à rester bloqué dessus pendant des années, il faut quand même arrêter. D'ailleurs personne n'est innocent dans cette affaire. Vous trouvez vraiment que L'Equipe, qui a titré en une les mots fleuris (et transformés) d'Anelka, a été à la hauteur de la situation? Il faudrait un de ces jours que les "Equipiers" arrêtent de donner des leçons et balaient un peu devant leur porte. Et puis bon, tout le monde focalise sur le comportement des joueurs, mais que dire de celui du sélectionneur à l'égard de Carlos Alberto Pareira, auquel il a refusé de serrer la main?

Parlons maintenant des réactions. Platini, par exemple, voulait suspendre à vie tous les participants de Knysna. Le même Platini, qui il y a quelques jours s'offusquait que Ribéry, pourtant considéré comme un frondeur de 2010, n'ait pas remporté le Ballon d'Or. Lol. Cela aussi m'a un peu mis hors de moi. Les joueurs ont quand même droit à l'erreur. Le seul qui ne méritait aucune indulgence était Anelka, indéfendable, car pas franchement à son coup d'essai... Il a donc bien mérité ses 18 matchs de suspension. Et puis ça m'énerve qu'on parle à tort et à travers des "fantômes" de Knysna au moindre problème. Comme s'il n'y avait jamais eu de problème avant Knysna! Et comme si cet événement avait un rapport direct avec tous les pépins des Bleus! A l'arrivée c'est moins l'événement lui-même que la manière dont il a été monté en épingle par les médias qui a provoqué une cassure entre les joueurs et les supporters. Cette cassure est particulièrement frappante concernant Evra voire Ribéry. Le premier a vu sa cote de popularité descendre en flèche depuis son capitanat raté en Afrique du Sud, et se fait régulièrement flinguer par nombre de "spécialistes", même quand il fait des choses positives (comme son intervention à la mi-temps de France-Biélorussie il y a quelques mois). Quant à Ribéry sa cote a également beaucoup baissé, même si d'autres événements, comme l'affaire Zahia et ses problèmes avec Gourcuff, y ont également contribué. Bon, je sais que ce billet est un peu fouillis et déstructuré, mais je voulais un peu remettre les choses à leur place, expliquer mon ras-le-bol d'entendre que Knysna est responsable de tout, d'entendre des amalgames à n'en plus finir à ce sujet, de voir revenir ce nom à chaque pet de travers (ou pas) des joueurs. D'entendre des questions de journalistes comme celle-ci, il y a quelques mois (France Football n°3257): "Quatre ans après, l'équipe de France en est au même point: des performances hésitantes, obligeant un barrage, et une image parasitée. Croyiez-vous que Knysna serait si compliqué à digérer?". Entre parenthèses, se retrouver en barrage dans le groupe de l'Espagne n'a rien de déshonorant. Mais passons à la réponse de Gallas: "Knysna c'est maintenant de la vieille histoire. Il est temps de passer à autre chose. On ne va pas ressasser ça pendant dix ans encore. Faut effacer le tableau!". Parmi tant d'autres, Blanc, Deschamps et Boghossian ont tenu le même discours. Mais les médias ont-ils vraiment envie d'effacer un tableau si défoulant, lucratif et "accessoirement" nuisible?

 

Un petit lien pour illustrer tout cela (l'hypocrisie en plus).