Bon ben voilà. Sans coup de pouce de l’arbitre, le Brésil fait un triste 0-0 contre le Mexique… Quelle déception. À part Neymar, dont les coups d’accélération et les gestes techniques sont un pur régal – même si l’attaquant la joue parfois trop à la Olive et Tom – il n’y a pas franchement eu grand-chose à se mettre sous la dent côté Seleçao. Ramirez a réussi l’exploit d’être encore plus transparent que Hulk au premier match, Fred n’a rien fait non plus, quant à Oscar, qui m’a tout l’air d’être le Pastore brésilien, c’est à peine mieux. Seule la défense a été au niveau, avec un tandem David Luiz-Thiago Silva rassurant, et des latéraux très mobiles, notamment Marcelo. Côté droit, Daniel Alves s’est distingué par quelques passes bien senties. Mais niveau offensif, aïe ! Finalement, c’est le Mexique qui sort vainqueur (aux « points ») de ce match. En premier lieu, Ochoa a été tout bonnement énorme, réussissant quatre parades superbes autant que décisives. La première, où l’Ajaccien a plongé sur une belle tête de Neymar, est un modèle du genre. Mais là où les Mexicains ont le plus impressionné, c’est sur le plan du collectif. Un séduisant jeu de passes, tout en inspiration et en fluidité, qui tranche avec le néant collectif des Brésiliens. On n’ose imaginer le score si les Mexicains avaient cadré leurs frappes… Mais pour en revenir aux Auriverde, c’est tout bonnement très inquiétant pour la suite. On ne sait pas trop si la tristesse du jeu a pour cause la  pression insoutenable du pays organisateur ou le manque d’humilité du vainqueur de la dernière Coupe des Confédérations, mais le résultat inquiète. Bon, on va dire que la France, en 2006, avait elle aussi mal entamé sa compétition… Mais la vraie question est là : hormis Neymar, l’effectif brésilien compte-t-il dans ses rangs un autre grand joueur sur le plan offensif ? Pour l’instant, il est permis d’en douter…